Guillaume Pierret is a French director and screenwriter who presents us with Lost Bullet his first feature film.

You can watch Lost Bullet on Netflix now!

– Comment avez-vous trouvé l’idée pour Balle Perdue?

Je souhaitais écrire un premier long-métrage qui soit l’aboutissement de tous mes courts-métrages, dans lesquels j’avais déjà testé beaucoup de choses. On y retrouve donc un héros en cavale, des flics un peu cow-boys, des combats, et surtout des poursuites en voitures.

– How did you come up with the idea for Lost Bullet?

I wanted to write a first feature film that would be the culmination of all my short films, in which I had already tested many things. So we find a hero on the run, cops who are a bit cowboyish, fights, and especially car chases.

– Quelles étaient vos références et influences durant l’écriture du film?

La série The Shield a eu un impact énorme sur moi, et ce depuis que j’ai commencé à réaliser il y a 15 ans. Pour le reste, je suis nourri de références provenant d’univers très variés, y compris les jeux vidéo. Les films que je citais le plus pendant la préparation du film étaient Motorway (film hong-kongais) et Jack Reacher, pour sa poursuite en voiture très élégante et authentique.

– What were your references and influences during the writing of the film?

The Shield series has had a huge impact on me since I started directing 15 years ago. For the rest, I’m fed references from a wide variety of worlds, including video games. The films I quoted the most during the preparation of this film were Motorway (a film from Hong Kong) and Jack Reacher, for its very elegant and authentic car chase.

– Il s’agit de votre premier long-métrage. Quel était le défi le plus important?

Ne jamais revoir l’ambition à la baisse, s’assurer que les scènes d’action écrites au scénario soient dans le film, sans compromis.

– This is your first feature film. What was the biggest challenge?

To never lower ambition, make sure that the action scenes written in the script are in the film, without compromise.

– Comment s’est passé la collaboration avec Alban Lenoir?

On était (et on est toujours) en symbiose artistique. Pour lui comme pour moi, Balle Perdue est un peu le film qu’on rêvait de faire depuis très longtemps. On partageait la même vision, et rien n’était plus important que le film. Le connaissant, je savais qu’il allait tout donner, et on peut dire qu’il a fait honneur à sa réputation. Comme il allait porter le film, c’est très naturellement qu’on a commencé à retravailler le scénario. Cette entente à l’écriture s’est transposée ensuite sur le tournage.

– How was the collaboration with Alban Lenoir?

We were (and still are) in artistic symbiosis. For him as for me, Lost Bullet is kind of the film we’ve been dreaming of making for a very long time. We shared the same vision, and nothing was more important than the movie. Knowing him, I knew he was going to give it all, and you could say he lived up to his reputation. As he was going to carry the film, it was very natural that we started to rework the script. This writing partnership was then transposed to the shooting.

– Pouvez-vous nous parler du choix des acteurs ?

Sur un film, j’ai l’esprit très “famille”. J’aime beaucoup travailler avec des gens qu’on me recommande, qui se connaissent, qui ont déjà bossé ensemble… Quand Alban m’a parlé de Stéfi ou Sébastien Lalanne, c’était une évidence. Pour un film comme celui-là, il fallait aussi que je sente que les acteurs allaient s’amuser, qu’on parlerait le même langage. Ils ont tous en commun une bonne dose d’énergie et un fort esprit de camaraderie.

– Can you tell us about the choice of actors?

On a film, I maintain a “family” spirit. I really enjoy working with people who are recommended to me, know each other, and have already worked together… When Alban told me about Stéfi or Sébastien Lalanne, it was obvious. For a film like that, I also had to feel that the actors were going to have fun, that we would speak the same language. They all share a good dose of energy and a strong spirit of camaraderie.

– Avez-vous préparé les acteurs de façon spéciale pour ce film notamment pour la conduite ?

Jean-Claude Lagniez, le régleur cascades mécaniques, a emmené le cast faire quelques tours de circuit au volant des voitures présentes dans le film. Les véhicules ne sont pas de toute première fraîcheur, donc ces entraînements étaient nécessaires pour éviter la catastrophe. Et pour les scènes de combat, Alban s’est entraîné avec Manu Lanzi et son équipe de cascadeurs. Ils avaient déjà travaillé ensemble sur d’autres projets, ils se connaissaient bien, ce qui a permis de gagner beaucoup de temps.

– Did you prepare the actors in a special way for this film, especially for the driving?

Jean-Claude Lagniez, the car stunt coordinator, took the cast for a few laps around the circuit with the cars that would be in the film. The cars were not new, so these trainings were necessary to avoid a disaster. And for the fight scenes, Alban trained with Manu Lanzi and his stunt team. They had already worked together on other projects, they knew each other well, which saved a lot of time.

– Le film est rempli de cascades et de combats impressionnants. Comment avez-vous abordés cet aspect?

Ce sont des choses que j’aime fabriquer depuis que je sais tenir un caméscope. Ça nécessite une vision très précise de chaque scène, tout en restant prêt à devoir s’adapter le jour du tournage. Je savais le temps et l’argent dont j’allais disposer pour les tourner, je connaissais déjà les décors, donc il ne me restait plus qu’à m’entourer des meilleurs pour concrétiser tout ça.

– The film is full of impressive stunts and fights. How did you tackle that?

These are things I like to make since I know how to hold a camcorder. It requires a very precise vision of each scene, while remaining ready to have to adapt on the day of shooting. I knew how much time and money I was going to have to shoot them, I already knew the sets, so all I had to do was surround myself with the best to make it all happen.

– Pouvez-vous nous parler en détail de la création et du tournages de ces cascades et combats?

Pour les scènes de poursuite, je suis arrivé chez Jean-Claude Lagniez avec mon découpage et mes idées. On s’est rassemblés autour d’une grande table, et j’ai expliqué à l’aide de petites voitures ce que je voulais voir à l’écran. Lui et son équipe se sont mis en quatre pour rendre tout ça possible, et ce n’était pas une mince affaire puisque je ne voulais pas avoir recours aux effets numériques.

Et une fois sur le tournage, que ce soit pour les poursuites ou les combats, l’enjeu était qu’Alban puisse faire toutes ses cascades lui-même, sans doublure.

– Can you tell us in detail about the creation and filming of these stunts and fights?

For the chase scenes, I arrived at Jean-Claude Lagniez’s place with my or shot breakdown and my ideas. We gathered around a large table, and I explained with the help of small cars what I wanted to see on the screen. He and his team went out of their way to make it all possible, and it was no easy task since I didn’t want to use digital effects.

And once on the set, whether it was for chases or fights, the challenge was for Alban to be able to do all his stunts himself, without an understudy.

– Quel était le plus gros défi avec les séquences d’action ?

Ne pas se louper ! Pour la plupart des cascades, on savait qu’on n’aurait droit qu’à une seule prise. Donc autant dire qu’on était contents de s’être bien préparés pendant des mois en amont.

– What was the biggest challenge with the action sequences?

To not screw up! For most of the stunts, we knew we would only get one shot. So we were happy to have prepared ourselves well for months in advance.

– Pouvez-vous nous dire où vous avez filmés la plupart des séquences du film ?

Nous avons tout tourné dans le sud-est de la France, plus précisément à Sète et ses environs.

– Can you tell us where you filmed most of the footage?

We shot everything in the south-east of France, more precisely in Sète and its surroundings.

– Quel est votre meilleur souvenir sur ce projet ?

Très sincèrement, l’ensemble du tournage a été un véritable plaisir de chaque instant. Surtout avec des gens aussi bienveillants et impliqués, qu’ils soient devant ou derrière la caméra. Mais le tournage de la poursuite finale à une place spéciale dans mon coeur. Pour la première fois j’avais les moyens de mon ambition, tout en gardant l’aspect “fabrication artisanale” si important pour moi.

– What is your best memory of this project?

Quite sincerely, the whole shooting was a real pleasure at every moment. Especially with people so caring and involved, whether they’re in front of or behind the camera. But the filming of the final chase has a special place in my heart. For the first time I had the means to achieve my ambition, while keeping the “home-made” aspect that is so important to me.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code